Et si le sommeil avait un effet sur votre diabète ? 1

Et si le sommeil avait un effet sur votre diabète ?

Et si le sommeil avait un effet sur votre diabète ?

Mis en ligne par le Docteur Nelly MORTINIERA

 

Le sommeil est essentiel pour notre organisme . Il permet à notre corps de récupérer sur le plan physique, psychologique et intellectuel. Le sommeil contribue également à réguler les mécanismes de mémorisation, à l’élimination des toxines, à la reconstitution des stocks d’énergies de toutes les cellules de l’organisme, mais surtout à la régulation des fonctions métaboliques ce qui explique son lien avec le diabète. Il est établi que les gens qui dorment mal ou peu s’exposent davantage à des risques cardio-vasculaires et métaboliques.

Le rythme circadien :

Le rythme circadien caractérise notre journée sur 24 heures avec alternance d’une phase de sommeil en général la nuit et d’une phase de veille le jour. Cette horloge interne fait partie de notre patrimoine biologique et peut varier d’un individu à l’autre. Elle est synchronisée sur des repères temporels essentiels :  la lumière du jour et l’activité sociale. Certains individus ont tendance à se lever plus tôt ou plus tard. Les rythmes circadiens sont essentiels au bon équilibre de l’organisme. Leurs perturbations répétées (troubles du sommeil, travail de nuit, travail de jour avec absence de luminosité naturelle, horaires décalées etc…) ont un impact sur la santé.

Il faut pour bien dormir, 8 heures de sommeil régulier en moyenne. On désigne par gros dormeurs, les personnes qui ont besoin de 9 heures, et plus, de sommeil en moyenne par jour et de petits dormeurs tous ceux qui ont seulement besoin de 6 heures de sommeil en moyenne par jour. Un temps de sommeil au-delà de 10 heures et en dessous de 5 heures peut s’accompagner de perturbations métaboliques.

Les principaux troubles du sommeil :

Insomnie,hyposomnie : (sommeil trop court) : difficulté à s’endormir, sommeil de mauvaise qualité, réveils multiples dans la nuit ou très tôt le matin.

Hypersomnie (sommeil trop long) : sommeil de rattrapage (le week-end, en vacances…), somnolence diurne avec une tendance excessive à s’endormir facilement.

Syndrome des jambes sans repos : sensation d’inconfort dans les jambes qui oblige à se lever.

     

 

 

 

 

 

 

Influence du sommeil sur le diabète :

Les études montrent qu’un manque de sommeil provoque un trouble de la régulation du métabolisme des glucides en diminuant la sensibilité de notre corps à notre propre insuline (encore appelé phénomène d’insulino-résistance) favorisant ainsi la survenue d’un diabète de type 2. Par ce biais il favorise également l’obésité et le syndrome pluri-métabolique qui associe plusieurs maladies métaboliques telles que le diabète, l’hypertension artérielle, un taux de triglycérides élevé, une obésité abdominale et parfois la goutte.

Une étude réalisée en 2014 sur une cohorte européenne, recrutée à partir de données de registres de 24 cliniques du sommeil, a montré que les personnes porteuses de troubles du sommeil ont une nette propension à faire un diabète de type 2. Et plus en détail, ce sont les personnes porteuses d’apnées du sommeil qui sont sujettes au diabète de type 2.

Les personnes lève- tôt couche-tôt encore appelées chronotypes matinaux ont une incidence du diabète diminuée par rapport aux personnes chronotypes vespéraux ou tardifs (lève-tard couche-tard). Chez ces dernières le risque  de diabète de type 2 est multipliée par 2,5. L’équilibre du diabète est moins bon à durée de sommeil égale si on a un chronotype vespéral.

 

Influence du diabète sur les troubles du sommeil :

Une méta-analyse de 10 études qui a cumulé environ 500 000 participants, suivis entre 2 ans et demi et 16 ans, avec environ 18 000 cas de diabétiques, publiée en 2015 dans la revue Diabetes Care, a montré les résultats suivants :

  • Plus la durée de sommeil est courte, plus le risque de diabète gestationnel est élevé chez les femmes et plus le déséquilibre glycémique est fréquent chez les diabétiques de type 1.
  • Les troubles respiratoires du sommeil ont une prévalence élevée chez les diabétiques de type 1 : en effet un peu plus de 15% des diabétiques de type 1 sont porteurs d’apnées du sommeil.
  • L’apnée du sommeil est le trouble du sommeil le plus fréquent chez le diabétique, elle devra être recherchée devant des symptômes évocateurs qui sont : les ronflements, la sensation de suffocation pendant le sommeil, la somnolence facile dans la journée (piquer facilement du nez !), les maux de tête au réveil, l’impression de sommeil non réparateur, des envies impérieuses d’uriner la nuit. Le syndrome d’apnée du sommeil sera donc dépisté chez les diabétiques porteurs de 3 des symptômes de la liste suscitée par un enregistrement du sommeil.

  • Chez le diabétique, les troubles du sommeil peuvent lorsqu’ils ne sont pas dépistés et pris en charge, favoriser la survenue d’évènements cardio-vasculaires tels que les AVC, les infarctus cardiaques etc….

 

Conclusion :

Les troubles du sommeil ont une réelle influence sur le diabète et vice versa. Un dépistage des troubles du sommeil est donc préconisé  chez les patients diabétiques .  De même il est important de garder une bonne qualité et une durée suffisante de sommeil pour se protéger des risques métaboliques comme le diabète, l'obésité ou l’hypertension arterielle.

Tiré des articles publiés par les Pr A. L. BUREL et V. KERLAN

 


Et si le sommeil avait un effet sur votre diabète ? 2

Aide aux parents d'enfant diabétique

AIDES AUX  PARENTS D’ENFANT DIABÉTIQUE

Un des deux parents d’un enfant diabétique peut réduire ou interrompre son activité professionnelle pour prendre soins de son enfant.

Les salariés ont droit à :

 

Les aides financières possibles pour faciliter  la prise en charge d’un enfant malade sont :

 

 Au titre du statut de handicapé, vous pouvez bénéficier de :


Et si le sommeil avait un effet sur votre diabète ? 3

Recettes spécial diabétique pour un repas de fête pour le réveillon

Les fêtes de fin d'année approchent à grand pas.   Notre équipe de diététiciennes vous a concocté un exemple de menu qui saura exalter les papilles de vos convives.

Notre conseil : Vous pouvez manger de tout, mais en quantités raisonnables et sans vous resservir.

Entrée : purée d’aubergine sur toast

Pour 4 personnes : 

Ingrédients :

- 4 aubergines
- 1 boite de tomates pelées
- Ail, persil, cumin en poudre, coriandre fraîche

 

 

 

Éplucher les aubergines et l'ail, faire cuire 10 à 15 minutes à la vapeur dans un autocuiseur. Écraser le tout dans une sauteuse, faire cuire à feu vif pour extraire l'eau tout en remuant. Ajouter les tomates pelées, épépinées et grossièrement hachées, le poivre, le persil haché et du cumin en poudre. Laisser cuire encore 20 minutes environ.
Pour servir, faite griller des toasts et déposer sur chacun une cuillère de purée d’aubergine. Vous pouvez aussi parsemer de coriandre fraîche.
NB: Cette purée d'aubergines peut se consommer froide ou chaude. Elle peut aussi accompagner un plat de riz, de semoule ou de blé concassé.

 

Plat : Blanquette de lotte aux champignons

Pour 4 personnes :

Ingrédients :

- 4 médaillons de lotte
- 250 g de champignon de Paris
- 1 fenouil, 1 citron
- 20 cl de fumet de poisson
- 10 cl de vin blanc
- 20 g de farine
- 20g de margarine

Dans une cocotte, verser un peu d’eau, le vin blanc et le fumet de poisson. Ajouter le fenouil en petits tronçons et les champignons émincés. Faites cuire 5 minutes .
Ajouter le poisson et le zeste du citron, laisser cuire 10 minutes puis réserver.
Dans la cocotte, faire fondre la margarine, ajouter la farine, le jus de citron et le jus de cuisson du poisson. Saler, poivrer et faire cuire 10 minutes .
Ajouter les légumes et le poisson et réchauffer l’ensemble doucement.

 

Accompagnement : Légumes croquants au pesto de pistache

Pour 4 personnes :

  Ingrédients :

- 600g de légumes au choix (haricots verts, choux fleurs, brocolis…)
- 20 pistaches décortiquées non salées
- 20 g de fromage à pâte dure (Parmesan, Cantal…)
- 1 gousse d’ail, 1 citron, 10 feuilles de basilic frais

 

Mixer le basilic, les pistaches, l’ail, le fromage et un peu d’huile.
Éplucher, laver et tailler tous les légumes, les cuire à l’eau en les gardant légèrement croquants.
Refroidir les légumes et les plongeant l’eau froide.
Égoutter puis mélanger avec le pesto. Ajouter le zeste du citron puis le jus, mélanger et servir.

Dessert : Charlotte aux poires noix et chocolat

 

Dessert léger et très facile à réaliser mais qui doit se préparer la veille.

Pour 8 personnes :

Ingrédients :

- 250g de biscuits à la cuillère
- 200g de chocolat noir à fondre
- 6 blancs d’œuf
- 100g de cerneaux de noix
- 450g de poires au sirop léger
- 1 tasse de café très léger
- sucre glace pour le décor

Chemiser le moule à charlotte (ou grande casserole à défaut) avec du film alimentaire. Concasser au mortier les cerneaux de noix et les réserver.
Faire fondre le chocolat noir au bain marie.
Verser le café dans une assiette creuse.
Tapisser le moule avec des biscuits à la cuiller trempés rapidement dans le café au préalable, en garder pour le dessus.
Battre les blancs en neige ferme. Y incorporer le chocolat fondu et les noix concassées. Déposer une première couche de mousse au chocolat au fond du moule. Poser dessus une couche de poires au sirop égouttées. Recommencer avec une couche de mousse puis poires, jusqu’à atteindre la hauteur des biscuits.
Finir par une couche de mousse puis une dernière de biscuits.
Recouvrir d’un film alimentaire et laisser reposer au frigo pendant 12 h.
Démouler et servir frais saupoudré de sucre glace.


Et si le sommeil avait un effet sur votre diabète ? 4

Le service d'endocrinologie dans les médias

VOUS AVEZ ACCÈS AUX ARTICLES SUR LE SERVICE D'ENDOCRINOLOGIE DE L’HÔPITAL DE PERPIGNAN


Et si le sommeil avait un effet sur votre diabète ? 5

Transplantation d’ilots de langherans : où en est-on ?

La transplantation d’ilots de Langerhans est la première et unique thérapie cellulaire du diabète de type 1 disponible. Offrant la perspective d’une insulino-indépendance, elle est porteuse d’espoir pour des millions de patients diabétiques de type 1.

1) Principe du traitement

Le traitement consiste à prélever un pancréas chez un donneur décédé, suivant la même procédure que lors d’un don de foie ou de reins. A l’intérieur de ce pancréas, les médecins prélèvent des petites cellules, les îlots pancréatiques, également appelés îlots de Langerhans. Après purification, ces îlots sont injectés directement dans le foie du patient diabétique. Ces cellules vont être capables de secréter de l’insuline et réguler de façon autonome la glycémie des patients greffés. Il est maintenant admis que la greffe d’îlots pour être efficace nécessite l’injection d’un nombre suffisant d’îlots requérant généralement 1 voire 2 pancréas de donneurs par greffe ce qui pose le problème d’une pénurie d’organes et l’obligation de trouver des sources alternatives de cellules bêtas comme les cellules souches.

Comme n’importe quelle greffe, cette transplantation d’îlots va nécessiter un traitement immunosuppresseur au long cours pour éviter le rejet d’où l’importance de bien peser le rapport bénéfice-risque.
En France, la technique n’est pas disponible en pratique courante car non prise en charge par l’assurance maladie mais uniquement dans le cadre d’essais cliniques contrairement à nos voisins européens (Suisse , Belgique,Royaume-Uni) qui peuvent y recourir en routine dans le cadre d’indications bien précises.

2) Indications

Actuellement cette technique s’adresse à 2 catégories de patients

  • Les patients diabétiques de type 1 porteur d’un greffon rénal fonctionnel : greffe d’îlots après greffe rénale
  • Les patients diabétiques de type 1 présentant une instabilité glycémique sévère malgré un traitement par insuline optimisé : greffe d’îlots seuls

Comme n’importe quelle greffe, cette transplantation d’îlots va nécessiter un traitement immunosuppresseur au long cours pour éviter le rejet d’où l’importance de bien peser le rapport bénéfice-risque.

En France, la technique n’est pas disponible en pratique courante car non prise en charge par l’assurance maladie mais uniquement dans le cadre d’essais cliniques contrairement à nos voisins européens (Suisse , Belgique,Royaume-Uni) qui peuvent y recourir en routine dans le cadre d’indications bien précises.

3) Résultats

Rémission complète (insulino-indépendance)
- A 1an : 70%
- A 3ans : 50%
Donc résultats proches de ceux obtenus avec la transplantation pancréatique.