Le pancréas artificiel est une réelle innovation dans le monde de la diabétologie et constitue une avancée majeure pour les patients diabétiques de type 1. Il s’agit d’un système qui mime la production d’insuline à l’aide d’un triptyque qui fonctionne en boucle fermée. Il permet d’améliorer le contrôle glycémique et la qualité de vie des patients diabétiques.

L’étape‐clé remonte à 2011 quand, pour la première fois, de manière contemporaine à Montpellier et à Padoue (Italie), deux patients diabétiques utilisent le pancréas artificiel en dehors de l’hôpital.
Depuis cette date, les essais successifs ont permis de confirmer la réduction considérable du risque d’hypoglycémie nocturne et l’amélioration du temps passé avec une glycémie normale.

Le système développé par Diabeloop, DBLG1™

Il associe un capteur de glucose, une pompe patch et un smartphone sophistiqué et sécurisé. Via une connexion bluetooth, les informations sur le taux de glucose sont transmises au smartphone qui analyse, via des algorithmes complexes prenant en compte les paramètres personnalisés du patient, le taux de sucre circulant afin d’adapter automatiquement la dose d’insuline administrée par la pompe. Pour plus de précision, les utilisateurs peuvent entrer des informations sur leurs repas et leur activité physique.
Les résultats positifs de ce système observés en milieu hospitalier ont été validés par une étude en vie réelle incluant sur une période de douze semaines 68 patients diabétiques de type 1 recrutés dans douze centres français.

Le pancréas artificiel 1

Diabeloop a obtenu en novembre 2018 le marquage CE pour le DBLG1™, étape réglementaire vers la commercialisation en Europe.

Le système MiniMed 670G de Medtronic.

Le 28 septembre 2016, l’Agence américaine du médicament (FDA) autorisait la commercialisation d’un premier pancréas artificiel, avec ce système.

Le pancréas artificiel 2

Ce dispositif est composé d’un capteur sous-cutané qui enregistre le niveau de glucose toutes les cinq minutes. Selon le taux de sucre, la pompe adapte sa perfusion d’insuline via un cathéter sous-cutané. L’écran de la pompe, semblable à un écran de smartphone, affiche le niveau de glucose et le débit d’insuline. Même si le MiniMed 670G ajuste automatiquement le niveau d’insuline, les patients doivent l’informer, lors des repas, de la quantité de glucides consommés, afin que le dispositif calcule la quantité d’insuline à perfuser.