Depuis longtemps les personnes diabétiques ne sont pas libres de choisir les formations puis les carrières professionnelles qu’elles souhaitent exercer du fait de réglementations archaïques.
Par exemple, les carrières militaires sont impossibles avec un diabète de type 1, de même que l’accès à l’ensemble des écoles relevant du ministère des armées (école navale, école spéciale militaire de Saint Cyr par exemple).

De l’espoir pour l’avenir professionnel des personnes diabétiques 1
D’une manière plus générale, les métiers suivants sont interdits aux personnes diabétiques:

  • Certaines professions relevant de la SNCF (conducteur de train par exemple)
  • Les personnels navigants techniques de l’aéronautique civile
  • Les contrôleurs de la navigation aérienne
  • Le personnel des armées
  • Les sapeurs-pompiers professionnels

D’autres métiers ne sont pas strictement interdits, mais sont fortement déconseillés. Ce sont toutes les professions qui nécessitent une excellente acuité visuelle (métiers de l’horlogerie, mécanique de précision, …) ou les métiers de la sécurité (travail en hauteur, travail sur des machines dangereuses, travail isolé, …).

Aujourd’hui, de plus en plus de diabétiques, soutenus par la Fédération Française des Diabétiques (FFD), soulignent que les progrès thérapeutiques et technologiques devraient permettre de faire évoluer cette situation.

De l’espoir pour l’avenir professionnel des personnes diabétiques 2

Un peu d’histoire

Depuis sa création en 1997, le service social et juridique de la FFD s’est battu sur ce sujet afin de faire évoluer la réglementation du travail.
Le combat s’est accéléré dans les années 2010 avec la parution du premier livre blanc « diabète et travail, propositions pour en finir avec les discriminations ».
En 2018, la députée Agnès Firmin le Bodo a fait une proposition de loi sur les possibilités d’ouverture du marché du travail pour les personnes diabétiques.
En 2019, la pétition « diabetemetiersinterdits » a été lancée pour alerter les pouvoirs publics et elle a recueilli plus de 30 000 signatures dont celles de plusieurs députés. Et le député Ian Boucard a fait une proposition de résolution invitant le gouvernement à revoir la réglementation sur l’emploi des diabétiques. Mais contrairement à une loi ou à un décret, une résolution n’est pas contraignante mais elle a servi à faire évoluer les mentalités.

De l’espoir pour l’avenir professionnel des personnes diabétiques 3

Dernières avancées

Fin janvier 2020, la proposition de loi sur « l’ouverture du marché du travail aux personnes diabétiques » a été adoptée par l’Assemblée Nationale.

Ce texte de loi prévoit que « Nul ne peut être écarté d’une procédure de recrutement ou de l’accès à un stage ou à une période de formation au seul motif qu’il serait atteint d’une maladie chronique, notamment le diabète » (article 2 de la proposition de loi).

Bien sûr, les décisions seront prises au cas par cas, après avis d’un médecin afin de vérifier l’absence de « motif impérieux de sécurité et de risque pour leur santé ».

On a donc l’espoir que d’ici deux ans (temps nécessaire prévu par le texte pour mettre en œuvre les changements prévus) les personnes souffrant de diabète ne seront plus discriminées quant à leur choix de carrière sur le seul fait de leur pathologie.

On vous tiendra bien sûr au courant des prochaines avancées sur vos droits au fur et à mesure de l’avancée de la loi.

De l’espoir pour l’avenir professionnel des personnes diabétiques 4