SERVICE ENDOCRINOLOGIE DU CENTRE HOSPITALIER DE PERPIGNAN

DIABETE : ASSURER LE SUIVI DURANT LA PERIODE D’EPIDEMIE COVID-19

DIABÈTE : ASSURER LE SUIVI DURANT LA PÉRIODE D’EPIDEMIE COVID-19 1

Les patients atteints de diabète de type 1 ou 2 doivent continuer à bénéficier d’une prise en charge et d’un suivi médical réguliers durant l’épidémie de COVID-19.
La HAS rappelle que les patients diabétiques doivent respecter scrupuleusement les mesures barrières. Durant cette période de confinement, les professionnels de santé (médecins, infirmiers, etc.) doivent rappeler à leurs patients les signes d’aggravation ou de complications de leur diabète, les signes du COVID-19 et la nécessité de contacter son médecin en cas de symptômes inhabituels
Afin que les professionnels de santé maintiennent le suivi de leurs patients malgré le confinement, sans report des consultations nécessaires, les téléconsultations et le télésoin sont mis en place dans de nombreuses structures.
La priorité est de poursuivre la normalisation de l’équilibre glycémique comme en période normale. A ce titre, l’engagement des patients dans le respect des mesures hygiéno-diététiques spécifiques au diabète compatibles avec le confinement, est essentiel (alimentation, iatrogénie potentielle concernant certains médicaments, maintien du poids, activité au domicile, etc.). Les professionnels de santé s’assurent que le patient dispose de ses traitements médicamenteux : l’insuline et les moyens d’injection correspondants, les médicaments par voie orale ainsi que les dispositifs de surveillance glycémique. Le patient ne doit jamais suspendre les injections d’insuline (ou via une pompe à insuline), ne pas changer de traitement sans l’avis de son médecin, ni pratiquer l’automédication.

DIABÈTE : ASSURER LE SUIVI DURANT LA PÉRIODE D’EPIDEMIE COVID-19 2

La gestion du diabète pendant le confinement

DIABÈTE : ASSURER LE SUIVI DURANT LA PÉRIODE D’EPIDEMIE COVID-19 3

Pour limiter la propagation du virus, le gouvernement a décidé de fermer les commerces non indispensables et de limiter les déplacements aux Français. Le premier confinement a duré du 17 mars au 11 mai et le deuxième a débuté le 30 octobre. La population peut sortir avec une attestation et seulement en cas de nécessité.
C’est la raison pour laquelle lors du premier confinement, la fédération française des diabétiques recommandait aux personnes diabétiques de disposer des médicaments nécessaires chez eux au moins pour deux semaines :
• Insuline si nécessaire
• De moyens d’injection (aiguilles, cathéters et réservoirs de pompes ou pods, schéma de remplacement en cas de traitement par pompe) ;
• De moyens de correction d’éventuelles hypoglycémies avec “au moins un kit de Glucagen”.
Pendant cette période de restrictions, les diabétiques sont appelés à surveiller plus attentivement le taux de glucose et si besoin d’acétone. Il est également conseillé d’avoir à disposition les contacts de ses médecins référents, du pharmacien et des numéros d’urgence, le 15.

La Fédération recommande aussi de se rapprocher de son référent médical pour actualiser les protocoles de correction et de pouvoir communiquer les données de glucose et acétone. À noter qu’il est proposé selon les possibilités de privilégier les téléconsultations plutôt que les déplacements.
Il faut aussi respecter les mesures d’hygiène « barrière », en se lavant les mains avec de l’eau et du savon ou une solution hydroalcoolique, tousser ou éternuer dans son coude, utiliser un mouchoir jetable, limiter le contact avec les surfaces accessibles au grand public, nettoyer son intérieur en mettant l’accent sur les poignées de porte, les interrupteurs ainsi que la robinetterie…
Surveiller l’apparition d’éventuels symptômes
Soyez attentifs à ces signes de gravité :
• Difficultés à respirer avec toux et fièvre. Attention, la fièvre est un facteur de déstabilisation du diabète ;
• Douleurs persistantes dans la poitrine
• Difficultés à se concentrer
• Déséquilibre important du diabète avec présence d’acétone difficile à corriger.

N’hésitez pas à contacter votre médecin si ces signes apparaissent. En cas de difficultés à respirer, contactez le 15.

Maintenir une activité physique régulière

DIABÈTE : ASSURER LE SUIVI DURANT LA PÉRIODE D’EPIDEMIE COVID-19 4

Le sport améliore l’état de santé, prévient des complications et peut aider au contrôle du diabète. « Avec le confinement, l’activité physique risque d’être diminuée, et les habitudes alimentaires peuvent changer. Dans ce cas, il faut adapter ses doses de traitement” indique le Dr. Jean-François Thébaut, Vice-Président de la Fédération Française des Diabétiques interrogé sur ces questions de confinements et diabète. C’est la raison pour laquelle même en confinement, il est vivement recommandé de se dépenser. Et les deux ne sont pas incompatibles. Pendant cette période le gouvernement autorise une sortie pour faire du sport comme une marche ou un footing, mais dans un rayon d’1km du domicile et pas plus d’une heure par jour. Il est aussi possible de faire du sport de chez soi. De nombreux programmes sont disponibles en vidéo sur internet et certains sont même accessibles gratuitement spécialement en cette période particulière.
Il est conseillé de pratiquer aussi des étirements, de vous lever au moins toutes les deux heures, de marcher en téléphonant dans votre intérieur, de faire le ménage ou du tri aussi, idéal pour se bouger sans même s’en rendre compte ! Privilégiez les escaliers plutôt que l’ascenseur, jardinez et bricolez si vous disposez d’un jardin.

L’activité professionnelle quand on est diabétique et pendant l’épidémie
Lorsqu’il n’est pas possible de faire du télétravail ou que vous n’êtes pas concerné par la fermeture du commerce dans lequel vous travaillez, vous êtes toujours autorisé à vous rendre sur votre lieu de travail en remplissant l’attestation disponible en ligne.
Si vous avez un diabète non équilibré ou présentant des complications, l’Assurance Maladie propose un dispositif d’indemnisation des arrêts de travail dérogatoires. Dans l’impossibilité pour le patient de poursuivre son activité en télétravail, le médecin peut établir un certificat d’isolement pour les salariés du privé ainsi qu’un arrêt de travail en ligne via le service amelipro pour les non salariés.

Sources :
Dr. Jean-François Thébaut, Vice-Président de la Fédération Française des Diabétiques.
Article :Sante/diabete/vie-quotidienne-du-diabetique/diabete-et-coronavirus
https://www.has-sante.fr/jcms/p_3183423/fr/diabete-et-epidemie-de-covid-19-poursuivre-son-traitement-et-rester-vigilant
https://www.federationdesdiabetiques.org/federation/actualites/coronavirus-covid-19-et-personnes-fragiles-le-confinement-se-poursuivra-apres-le-11-mai