Et les édulcorants dans tout ça ? Si nous combattions les idées reçues ?

Mis en ligne par le Docteur Amina RADAOUI
Et les édulcorants dans tout ça ? 1

Un édulcorant est une substance ou un produit ayant un goût sucré. Toutefois, dans le langage courant, le mot « édulcorant » est employé le plus souvent pour désigner des produits qui donnent une saveur sucrée en apportant moins de calories.
Il en existe plusieurs sortes, ils peuvent être naturels ou de synthèses. Le miel, l’aspartame, le sirop d’érable, le mannitol sont d’autant d’édulcorants différents.

On distingue deux grandes familles d’édulcorant:

les édulcorants massiques ou de charges, ce sont essentiellement les polyols (Sorbitol E420,  Mannitol E421…), il se substitue au sucre en gardant un volume équivalent, ils sont deux fois moins caloriques (2 calories par gramme contre 4 avec le saccharose),  avec un pouvoir sucrant faible (0,5 à 1 fois le sucre). Ils sont utilisés dans l’industrie alimentaire, notamment pour la fabrication de chewing-gum et de confiserie. Il faut se méfier de l’allégation nutritionnelle « sans sucre » qui signifie en réalité « sans saccharose » mais qui peut contenir ces polyols et qui contiennent donc quand même des calories.

les édulcorants intenses ont un pouvoir sucrant plus élevé avec un apport quantitatif beaucoup plus faible. Leur apport énergétique est négligeable. Certains sont acaloriques comme l’aspartame, ou le rebaudioside A (Stevia).

Et les édulcorants dans tout ça ? 2

Les édulcorants sont nés d’une bonne idée : réduire l’apport énergétique glucidique. Dans un contexte où l’obésité est devenue une pandémie mondiale, et en sachant que les apports glucidiques augmentent les apports énergétiques, l’inflation des aliments sucrés dans notre consommation est souvent incriminée dans la prise de poids.
Malgré ce,  les édulcorants sont régulièrement remis en cause soit pour des raisons de sécurité soit sur leur bien-fondé sur le plan nutritionnel. Ils font souvent l’objet de discussion et de critique.
Les autorités de sécurité sanitaire de l’alimentation, nationale et internationale (ANES, EFSA, FDA), ont régulièrement examiné la question avec des conclusions rassurantes pour les produits disponibles en France.
Les questions persistantes sont davantage d’ordres nutritionnels et comportemental, Voici les principales questions et idées reçues.

Les édulcorants font ils grossir?
Des études ont montré que les édulcorants ne réduisent pas l’envie de manger avec un effet paradoxal possible. En revanche il a également été démontré que les édulcorants, contrairement au glucose, n’augmentent pas l’hypersécrétion d’insuline qui est connue pour favoriser la prise de poids. D’autres études, notamment les études PREMIER et CHOICE, ont démontré que les édulcorants associés à une éducation comportementale sont efficaces dans l’aide à la perte de poids. Les édulcorants ne font donc pas grossir. Mieux encore, associé à une éducation comportementale, ils aident à la perte de poids.

Et leur effet sur l’appétit et la faim alors?                                                                              

Les études réalisées sur ces effets sont trop hétérogènes. Une étude intéressante quand à leur effet sur le cerveau et la sensation de plaisir a montré en IRM fonctionnelle que les édulcorants n’arrivent pas à tromper le cerveau, et ne procurent donc pas la même sensation de plaisir que le glucose.

Qu’en est-il pour les patients souffrant d’obésité?
Les études s’accordent à montrer que l’effet des édulcorants chez ces patients, ne modifient pas les sensations de faim et de satiété,  et engendrent un déficit énergétique de 300 kcal par repas, sans induire de phénomène compensatoire. L’étude CHOICE montre clairement que le choix d’une boisson édulcorée chez ces patient est plus efficace pour la perte de poids à 6 mois que la simple éducation ou le choix de l’eau! Comment  expliquer ces résultats surprenants, y aurait ils plus de plaisir chez ces patients? Ces résultats sont confirmés à plus long terme, d’autres études montrent que la reprise de poids est deux fois moins importante chez les patients utilisant des édulcorants.
Et les édulcorants dans tout ça ? 3

Enfin les édulcorants entretiennent-ils l’envie de sucre?                                                          

Là encore les études sont en faveur des édulcorants. Non seulement il semblerait qu’ils n’augmentent pas l’envie de sucre, mais en plus ils permettent l’éviction de prise de poids à long terme. D’autres enquêtes rapportent que les consommateurs de produits allégés en sucres et d’édulcorants ne consomment pas plus de produits sucrés et ont de meilleures habitudes alimentaires. Ce choix alimentaire reflète sans doute une meilleure adhésion à la diététique et au comportement alimentaire.

 

–  Les édulcorants sont ils dangereux ?                                                                                               

La commercialisation en Europe comme aux États-Unis, a fait débats à plusieurs reprises. Le marché alimentaire, et plus spécifiquement celui du sucre de plus en plus présent dans notre assiette, représente des sommes colossales, créant une guerre plud commerciale que sécuritaire.                                                                                             

En France, après plusieurs études et discussions, les instances officielles ont fixé un seuil sûr appelé DJA (dose journalière admissible). La toxicité suspectée des édulcorants ne survient qu’à l’ingestion de doses massives (15 fois la DJA). En sachant que, dans la pratique courante, la consommation d’édulcorants intenses est bien inférieure à la DJA, rendant le risque nul.
Et les édulcorants dans tout ça ? 4                                 Et les édulcorants dans tout ça ? 5

Conclusion:
1) Les résultats des principales études scientifiques continuent à démontrer l’intérêt de l’utilisation des édulcorants: ils ne stimulent pas l’appétit, n’entraînent pas de comportements compensatoires, n’entretiennent pas l’envie de sucre, ne stimulent pas l’insulino-secretion, diminuent les apports énergétiques et favorisent la perte de poids quand leur consommation s’inscrit dans une diététique globale soutenue par une éducation alimentaire. Dans un contexte de pandémie de l’obésité, leur utilité prend toute sa place.

2) Malgré ces résultats, les édulcorants sont la cible de fréquentes critiques et font l’objet d’une certaine méfiance alors que les agences nationales et internationales de sécurité alimentaire s’accordent à affirmer leur innocuité.

Alors pourquoi tant de méfiance à leur égards? Les détracteurs des édulcorants et ceux qui instillent le doute sur leurs éventuel effet négatif sur la santé sont souvent les mêmes : des lobbyistes de l’industrie du sucres qui pour continuer à prospérer sur le marché juteux de l’agroalimentaire et saupoudrer tous les aliments ou presque de sucre se chargent d’entretenir les préjugés sur les édulcorants.

Dr Radaoui Amina
Analyse et résumé de l’article « À quoi servent les édulcorants? » Jean Michel Lecerf, service de nutrition, institut pasteur de Lille, paru dans la revue Correspondances en Métabolisme Hormones Diabète et Nutrition.

Et les édulcorants dans tout ça ? 6