Article proposé par le Dr Nelly MORTINIERA, tiré de la Revue Le Quotidien du Médecin Spécialiste Diabétologue N°9892, de mars 2021, publié par le Pr Fabrice Bonnet, Service Endocrinologie-Diabétologie, CHU de Rennes.
Introduction :
En avril 2020, au cœur de l’affection COVID, les iSGLT2 ont obtenu le remboursement tant attendu dans le traitement du diabète de type 2 (DT2). C’est en grande partie grâce à la reconnaissance des bénéfices de ce médicament sur le cœur et su le rein du diabétique qu’il lui a enfin été accordé ce remboursement. Jusque-là, l’utilisation des traitements antihypertenseurs (IEC : Captopril ; ARAII : Irbésratan et Losartan) avait montré il y a plus de 18 ans un bénéfice significatif sur le rein ; d’autre part il avait également été démontré l’importance du contrôle glycémique intensif sur le risque rénal dans le diabète de type 2. Mais malgré ces traitements ; le risque d’insuffisance rénale et d’évènements cardio-vasculaires reste élevé chez les patients DT2 avec atteinte rénale par le diabète.
L’avancée majeur des iSGLT2 pour la protection rénale des patients diabétiques avec atteintes des reins 1
L’avancée majeur des iSGLT2 pour la protection rénale des patients diabétiques avec atteintes des reins 2

L’étude CREDENCE :
C’est la première étude avec un iSGLT2 qui avait pour caractéristique principale de regarder l’effet de La Canagliflozine sur le rein et les évènements cardio-vasculaires chez des patients diabétiques de type 2 avec une atteinte rénale modérée. Les résultats observés ont été surprenant car le fait de rajouter la Canagliflozine aux traitements habituels IEC ou ARA II « dit néphroprotecteurs », était associé à une forte réduction du risque d’évolution vers l’insuffisance rénale terminale de 32%.
Pour les autres études utilisant d’autres iSGLT2 telle que l’étude Empa-reg Outcome utilisant Empagliflozine et l’étude Declare-Timi 58 utilisant elle la Dapagliflozine ; le risque de développer une micro ou une macro-albuminurie (Présence de petites ou de grosses molécules d’albumine dans les urines) a été réduit de 16% dans ces 2 essais cliniques. La compilation de nombreuses études sur les effets rénaux des iSGLT2 a montré une réduction forte et significative d’environ 30% du risque d’évènements rénaux tels que l’évolution vers l’insuffisance rénale terminale ou vers la dialyse.

L’avancée majeur des iSGLT2 pour la protection rénale des patients diabétiques avec atteintes des reins 3
L’avancée majeur des iSGLT2 pour la protection rénale des patients diabétiques avec atteintes des reins 4

L’étude Dapa- CKD :
La protection rénale apportée par les iSGLT2 a également été démontrée pour des patients non diabétiques. En effet dans cette étude qui a inclus plus de 4000 patients avec une insuffisance rénale modérée à sévère, suivi pendant 2 ans et demi, il a été noté une réduction de 39% d’évènements rénaux avec une réduction significative de la mortalité totale. Ce bénéfice a été observé à la fois chez des patients diabétiques que non diabétiques de type 2.

Conclusion :
Les iSGLT2 doivent être proposer en association aux traitements habituellement utiliser dans l’atteinte du rein par le diabète, tant dès les premiers stades de la maladie, mais aussi probablement pour des stades plus avancés, y compris dans le cadre d’atteinte rénale sévère car ils assurent une réduction à la fois de l’albumine dans les urines et du risque d’évolution vers l’insuffisance rénale terminale indépendamment de la baisse de la glycémie.
L’avancée majeur des iSGLT2 pour la protection rénale des patients diabétiques avec atteintes des reins 5