L’empagliflozine enfin disponible en France pour les patients diabétiques de type 2 1
Après la commercialisation en France en avril 2020 de FORXIGA (dapagliflozine), l’arsenal thérapeutique du diabète de type 2 s’enrichit avec l’arrivée récente de l’empagliflozine commercialisée sous le nom de JARDIANCE ou SYNJARDY (empagliflozine associée à de la metformine). Tout comme la dapagliflozine, l’empagliflozine appartient à la classe des inhibiteurs du SGLT-2. Elle agit en inhibant la réabsorption rénale du glucose au niveau du co-transporteur sodium-glucose de type 2, favorisant ainsi l’excrétion urinaire du glucose (glycosurie) et la réduction de la glycémie.

L’empagliflozine enfin disponible en France pour les patients diabétiques de type 2 2

Des bénéfices validés par les études

Plusieurs études portant sur la classe thérapeutique des inhibiteurs du SGLT-2 ont démontré des effets bénéfiques :
– Sur l’amélioration du contrôle glycémique avec une réduction significative de l’HbA1c
– Sur la réduction du poids
– Sur la baisse de la pression artérielle
– Sur les événements cardiovasculaires
– Sur la protection rénale

L’étude internationale multicentrique EMPA-REG outcome a en outre montré, chez des patients diabétiques de type 2 à haut risque cardio-vasculaire traités par empagliflozine, une réduction significative de :
– 14 % du risque de survenue d’événements cardio-vasculaires majeurs
– 38 % du risque de mortalité cardio-vasculaire
– 35 % du risque d’hospitalisation pour insuffisance cardiaque

L’empagliflozine : pour qui et comment ?

Jardiance est indiqué, chez l’adulte, pour le traitement du diabète de type 2 insuffisamment contrôlé en complément d’un régime alimentaire et d’une activité physique
– en monothérapie, quand l’utilisation de la metformine est considérée comme inappropriée en raison d’une intolérance
– en association avec d’autres médicaments destinés au traitement du diabète

Il est remboursé :
– en bithérapie avec la metformine ou un sulfamide hypoglycémiant
– en trithérapie avec la metformine et un sulfamide hypoglycémiant ou avec la metformine et l’insuline

La dose d’empagliflozine initiale recommandée est de 10 mg / jour et peut être majorée à 25 mg / jour si besoin.

L’empagliflozine ne doit pas être instaurée chez des patients présentant une insuffisance rénale avec une clairance <60 ml/min et doit être interrompue en cas de clairance inférieure à 45 ml/min. L’initiation d’un traitement par empagliflozine n’est pas recommandée chez les patients de plus de 85 ans. Chez les patients âgés de 75 ans et plus, il faut prendre en compte le risque de déshydratation et d’hypotension notamment en cas d’association à un traitement diurétique ou hypotenseur. L’instauration d’un traitement par une gliflozine doit être évitée chez des patients ayant des facteurs de risque d’amputation au niveau des membres inférieurs. Quels effets secondaires ? L’empagliflozine à elle seule ne provoque pas d’hypoglycémie mais lorsqu’ elle est associée à un sulfamide hypoglycémiant ou à l'insuline, la dose du sulfamide ou de l'insuline peut être réduite pour éviter les hypoglycémies. De rares cas d'acidocétose diabétique sans hyperglycémie majeure associée (< 2,50 g/L) ont été rapportés chez des patients diabétiques traités par des inhibiteurs du SGLT-2. Les signes qui doivent alerter sont la survenue de nausées, vomissements, douleurs abdominales, soif excessive, difficultés à respirer, confusion, fatigue inhabituelle ou somnolence. L'acidocétose doit alors être immédiatement recherchée et le traitement par empagliflozine interrompu. Le traitement doit par ailleurs être interrompu transitoirement chez les patients qui sont hospitalisés pour des interventions chirurgicales lourdes ou des pathologies médicales aiguës graves. Les électrodes permettant le contrôle de l’acétone dans le sang sont désormais remboursées pour les patients diabétiques de type 2 traités par inhibiteurs du SGLT-2 grâce à l’extension récente du périmètre de remboursement du lecteur Freestyle Optium Neo. Certains patients peuvent présenter un risque accru d’infections urinaire et /ou génitale, bénignes la plupart du temps. Des symptômes tels qu'une douleur, une sensibilité, une rougeur ou une tuméfaction génitale ou au niveau du périnée, accompagnés de fièvre ou de malaises doivent conduire le patient à consulter en urgence. L’empagliflozine enfin disponible en France pour les patients diabétiques de type 2 3

En conclusion :

En plus de leurs effets glycémiques favorables, les inhibiteurs du SGLT-2 ont montré de réels bénéfices sur la protection cardio-vasculaire et rénale. Ils constituent donc un traitement de choix chez le patient diabétique de type 2 à haut risque cardio-vasculaire en prévention primaire ou en prévention secondaire.