Lien entre Covid 19 et diabète

rédigé par le Dr Céline Eid, d’après un article du Pr A. Amar et al. paru  en février 2021 dans Diabète et Obésité, vol 16, n°141

Depuis l’émergence, fin 2019, du SARS-CoV-2 (nom donné au virus de la Covid-19), plusieurs travaux se sont attachés à étudier le lien entre Covid-19 et diabète. 

Lien entre Covid 19 et diabète 1 On sait que l’existence d’un diabète (type 2 notamment) est associé à un sur-risque de formes sévères de Covid-19. Certaines études, dont l’étude française CORONADO, se sont attachées à dégager les facteurs pronostiques chez les patients diabétiques. Il a en outre été démontré que l’âge avancé, l’obésité, la présence de complications micro-vasculaires, l’hyperglycémie à l’admission en cas d’hospitalisation étaient des facteurs prédictifs de formes sévères.  En revanche, l’équilibre glycémique préalable, c’est à dire le niveau d’HbA1c, n’influençait pas le pronostic des patients hospitalisés pour Covid-19.

D’autres études ont rapporté, chez des sujets indemnes d’hyperglycémie, infectés par le SARS-CoV-2, des cas de diabète avec acido-cétose en lien avec une carence profonde en insuline.

Mécanismes physiopathologiques 

Il a été démontré que l’ACE2 (= enzyme de conversion de l’angiotensine 2) servait de porte d’entrée au SARS-CoV-2 au niveau des cellules

Lien entre Covid 19 et diabète 2

 pulmonaires. La cellule bêta pancréatique, à l’origine de la sécrétion d’insuline, exprime également le récepteur du SARS-CoV-2 et constituerait, de ce fait, une porte d’entrée pour le virus. Cette hypothèse est confortée

 par la mise en évidence de l’enzyme ACE2 dans la cellule bêta pancréatique. Le virus induirait ainsi une inflammation de la cellule bêta, entraînant son dysfonctionnement voire sa destruction. Ceci aboutirait à une carence en insuline provoquant un diabète fulminant avec acidocétose nécessitant la mise en route rapide d’un traitement insulinique.

Outre le déficit en insuline, l’inflammation causée par le virus pourrait également favoriser la résistance à l’insuline, accélérant la survenue d’un diabète de type 2 chez une personne prédisposée.

 

Des perspectives thérapeutiques ?

La DPP-4, qui est une enzyme présente au niveau du pancréas, participe non seulement à la régulation de la glycémie mais également à la régulation de la réponse immune.  Les gliptines (connues sous le nom commercial de Januvia®, Xelevia®, Galvus®….), appartenant à l’arsenal thérapeutique du diabète de type 2, pourraient permettre de lutter contre l’inflammation  induite par le SARS-CoV-2 chez le sujet diabétique comme chez le non diabétique, en inhibant l’activité de la DPP-4.

Les patients diabétiques présentent d’autre part un taux pancréatique d’ACE2 plus important que les non diabétiques suggérant une plus grande susceptibilité à l’infection et une inflammation exacerbée au niveau du pancréas. Inhiber l’ACE2 afin de bloquer l’entrée du virus dans la cellule apparaît donc comme une stratégie thérapeutique tentante mais les études ne semblent pas montrer d’effet bénéfique de cette stratégie sur la cellule bêta pancréatique elle-même.

 

En conclusion

L’infection par le SARS-CoV-2 est ainsi susceptible d’induire un diabète fulminant en lien avec une carence  en insuline qui pourrait résulter d’un effet direct du virus sur la cellule bêta pancréatique. Il ne s’agit là encore que d’une hypothèse qui mérite d’être vérifiée. Par ailleurs, on ne sait pas encore si le diabète induit par le SARS-CoV-2 survient chez des sujets génétiquement prédisposés et s’il est réversible après guérison de l’infection.

 

🔊 N’hésitez pas à écouter nos émissions en format Audio sur notre podcast 👉 https://podcast.ausha.co/diabete-66